Modification de la carte de protection des HP du Technics SU 3400


La carte d’origine souffre d’un gros défaut de conception ( voir ICI ) : il semble que c’est National Panasonic qui a le premier proposé une sécurité électronique, indispensable sur les amplis OCL ( à couplage direct sur les enceintes sans condensateur de sortie ) et au fil des années, il y a eu plusieurs variantes plus ou moins judicieuses.

Sur le 3400 la carte semble avoir été rajoutée, sans doute après quelques mauvaises expériences avec les amplis OCL. Il n’ y en a pas sur le Marantz PM 200, rien de tel non plus dans le Revox A78 et le Dual CV 120 qui datent des mêmes années. ( cette protection sera généralisée plus tard avec des circuits intégrés spécifiques ).

Elle semble avoir été conçue dans l’urgence.

Deux possibilités :

– soit le relais est monté pour relier les enceintes à l’étage de puissance en l’absence de défaut. Et retombe ( ou ne monte pas ) en cas de défaut, ou de perte de l’alimentation.

– soit le relais est au repos quand l’ampli marche normalement et monte dès qu’on détecte un défaut.

Action des protections :

Sur le SU 3400 : En cas de défaut le relais court-circuite le secondaire du transfo, sans doute dans le but de faire sauter le fusible du primaire du transfo d’alimentation. Comme protection c’est efficace, mais un peu bourrin. Le transfo en prend un sacré coup et après on est obligé de changer le relais dont le contact est soudé.

Un mauvais choix au départ : le relais n’a qu’un seul contact inverseur et on ne peut donc pas modifier le câblage pour couper les enceintes droite et gauche.

Je n’ai pas eu l’occasion de vérifier la version Technics du SU 3400 ( je n’avais pas le schéma à l’époque ) , mais la notice a conservé ce câblage bizarre du Panasonic.

Si le défaut persiste, le relais reste monté jusqu ‘à ce qu’on coupe l’alimentation de l’ampli, ou qu’on fasse sauter le fusible général, solution définitive, un peu kamikaze : plutôt « faire sauter » l’ampli ( « en défaut » ) que de détruire des enceintes !

Un autre mauvais choix : le relais monte en cas de défaut d’offset.

Sauf si on perd le + 32 V qui alimente la carte de protection ( diodes de redressement cramées ). Il restera le – 32 V sur l’ampli et c’est là qu’on risque d’avoir une très forte composante continue négative que la protection ne verra pas si elle n’est plus alimentée..

Carte d origine

Sur le SU 3500 : En cas de défaut le relais monte , mais coupe l’alimentation (secondaire transfo) avant le pont redresseur. C ‘est pas terrible, car le temps que les gros condos se vident ( plusieurs minutes ) quand on coupe l’ampli, les enceintes peuvent recevoir une tension continue pendant une durée suffisamment longue pour les détruire.

Enfin ça ne protège pas l’ampli des court circuits externes sur les sorties HP, les transistors auront fondu avant que les condos se vident, et plus rapidement que les fusibles..

Aussi il m’a semblé nécessaire de refaire cette carte de protection et d’en profiter pour l’améliorer.

Faisabilité :

1 – Place disponible ? Oui.

En disposant la carte horizontalement ( sur l’emplacement de celle d’origine montée verticalement entre les condos et le circuit alimentation) , on dispose d’une zone de 10 x 10 cm.

Implantation cartes 1

On pourra réutiliser les trous de fixation de la carte d’origine, plus un trou « libre », ce qui évitera de percer le chassis.


2 – Relais miniatures avec fort pouvoir de coupure ? Oui.

Sur la baie j’ai trouvé des relais pour des amplis Marantz , mais il n’y a aucune caractéristique, même pas la tension de bobine, pas facile à trouver à la lecture des schémas.

D’autre part je préfère des relais d’usage général que des produits spécifiques difficiles à retrouver.

    Pouvoir de coupure ?

La tension d’alim du 3400 est de 32 V. Sur 8 ohm il doit pouvoir couper 4 A en Courant Continu. Sur 4 Ohms il doit pouvoir couper 8 A.

Sur le site de Farnell, en 8A et 10A DC j’ai trouvé ça :

PANASONIC EW – DK2A-12V – RELAIS DPST-2NO 12VDC

Informations produit

RELAIS DPST-2NO 12VDC
Gamme de produit: PANASONIC EW – DK Series
Tension de bobine: 12VDC
Courant de contact: 8A
Tension de contact AC: 250V
Tension de contact DC: 30V
Configuration des contacts: –
Résistance, bobine: 720ohm
Montage relais: Traversant
SVHC: No SVHC (20-Jun-2013)
Catégories d’approbation: UL Recognised
Courant de bobine: 16.6mA
Courant de contact AC max.: 8A
Courant de contact DC max.: 8A
Courant de contact max.: 8A
Courant, Commutation c.a. max.: 8A
Courant, Commutation c.a.max.: 8A
Hauteur, dimension externe: 10mm
Largeur (externe): 20mm
Longueur/hauteur: 10mm
Nombre de pôles: 2

Organismes d’agrément: CSA, TUV, VDE
Profondeur: 15mm
Puissance de fonctionnement nominale: 200mW
Puissance, bobine DC: 200mW
Résistance d’isolement: 1000Mohm
Résistance de contact: 30mohm
Série: DK
Temps de déclenchement: 8ms
Temps de fonctionnement: 10ms
Température de fonctionnement max..: 65°C
Température d’utilisation min: -40°C
Tension AC nominale du contact: 250V
Type de montage: PCB

Le datasheet complet de cette gamme :

Avec un seul contact ( 10 A avec deux contacts à fermeture 8 A )

Mais attention , une enceinte n’est pas une résistance pure, c’est un peu selfique et le pouvoir de coupure en courant continu diminue fortement sur un circuit selfique..

extrait du PDF :

relais_panasonic DK_PC

A 30 V selon le rapport R/L de la charge chaque contact du relais ne coupe plus que 2 A en courant continu !

Soit 4 A si on prend un deux contacts fermeture et qu’on les met en //

Ce ne sera pas non plus le quotidien de ce relais de couper de tels courants continu et le fusible des sorties HP est de 3,3 A ( sauf qu’il ne protègerait pas d’une composante continue de 2 A, comme le fait la carte de sécurité )

Pour moi ce relais convient.

Puis on a guère le choix, un relais avec un pouvoir de coupure plus important en continu sur un circuit selfique, c’est un monstre.

Mais on ne peut pas prendre n’importe quel relais sans regarder ces propriétés.

Il est pas cher ! 10 € ( il faut deux relais )

Des relais très intéressants pour des applications « domotique » avec leur pouvoir de coupure en 250 V AC et leur mini encombrement. ( quelle arnaque les prix de la domotique !!!! )

On trouve ce genre de kits, pour 20 € ( le prix des relais ) , mais il faut une alim 12V à part, là on va se prendre sur une alim de l’ampli, ça consomme très peu et on peut adapter au mieux la forme de la carte à la place disponible.


3 – Modification du câblage facile ? Oui

Elles seront très réduites.

Je n’aurais pas à repasser des fils dans les torons existants qui traversent l’ampli sur toute sa largeur, et déjà bien chargés..

Le commutateur de mise en services des HP « main » et « remote » se trouve juste en dessus et il y a un passage entre la face avant et le chassis.

Je dessoude les fils qui arrivent en 1 et 3 du commut « main » , ils viennent de l’ampli : 307 et 323 , ils sont assez longs pour aller sur la carte de sécurité.

Cablage carte sécurité

En sortie de carte je rajoute deux petits bouts de fils qui iront sur 1 et 3 du commut main situé juste au dessus.

Je me suis fixé une autre contrainte : respecter la techno de l’époque : une protection 100 % transistors, ne pas utiliser les chips dédiés qui sont arrivés plus tard sur nos amplis, ni de circuits intégrés logique ( bien qu’ils existaient déjà à l’époque ) et si possible carte CI en bakélite assortie aux autres cartes de l’ampli.

Après un examen critique des protections HP existantes ( voir ICI ), j’ai conçu un premier schéma ( voir ICI ) avec des fonctions bien séparées ( au lieu de faire plusieurs choses avec le même transistor, pour éviter qu’en touchant un réglage ( augmenter la tempo par exemple ) on modifie les seuils de détection. L’inconvénient est que cela consomme plus de transistors et qu’au final il y en a autant que dans tout l’ampli !!!

Personne n’aurait fait ça !

Aussi j’ai revu les exigences de mon cahier des charges à la baisse, pour refaire une carte plus simple avec moins de transistors, tout en corrigeant les défauts de celle d’origine, plutôt que de laisser cet ampli sans aucune protection.

Schéma d’origine :

Carte d origine

Je l’ai rentré dans le simulateur Tina Ti :

Carte d origine Tina TI

qui m’a sorti la réponse en fréquence et la fréquence de coupure : moins de 0,1 Hz :

Filtre d origine

et autre élément important : le temps de réponse

Temps de eponse Filtre d origine

les seuils de détection :

Cart 3400 origine seuils de detection

Critique :

– Les seuils de détection sont trop élevés à mon avis: 8 V de continu ça commence à faire ).

– Ils souffrent d’une forte dissymétrie – 5 V et + 8 V

– Le temps de réponse me parait trop élevé : 500 ms à 10 V

Il est du au choix de la fréquence de coupure très basse pour le filtre de l’offset afin de se débarrasser des perturbations du signal musical dans les basses.

– Il n’y a qu’un seul filtre commun pour les offsets droite et gauche.

Ainsi un offset positif insuffisant pour déclencher la protection ( exemple + 7 V ) viendra s’opposer à un offset négatif sur l’autre voie, et il faudra un offset positif de 7 + 5 V, soit un offset de – 12 V pour déclencher la protection sur un offset négatif.

– la détection ne verrait pas une oscillation TBF de forte amplitude à 5 Hz, type motor boat ( mais qui peut être totalement silencieuse ): La freq de coupure du filtre est trop basse.

La probabilité de ces deux derniers défauts n’est pas très élevée ( enfin pas moins qu’un défaut de transistor de puissance ), mais peut on accepter ce risque pour économiser deux condensateurs et deux résistances, vu le prix des enceintes ou les difficultés à retrouver les mêmes en vintage ou la même si une seule a cramé ? Je ne parle même pas des heures de boulot perdues si ce sont des enceintes DIY.

Le niveau de qualité de cette protection n’est pas du tout à la hauteur de celui de l’ampli. D’où cette idée que ça a été fait dans l’urgence. Sentiment renforcé qu’avec le temps les capas du filtre sont passées de 1000 µF à 220 µF ( il devait y avoir un sacré temps de réponse !)

SCHÉMA NOUVELLE CARTE

Un nouveau schéma a été réalisé avec seulement 15 Transistors. Mais en plus de la carte d’origine elle a un filtre d’offset par voie ( +2 transistors ), une mémoire défaut ( + 2 transistors ), une tempo d’inhibition des défauts au démarrage ( + 2 transistors ) qui diffère la connexion des enceintes d’une trentaine de secondes et laisse stabiliser les alimentations de l’ampli et les filtres de détection d’offset.

Quelques transistors supplémentaires pour les portes logiques.

C ‘est aussi plus de transistors que des kits à 10 ou 20 € qui offrent les même fonctionnalités, mais pas de mémorisation de défaut : si l’offset se trouve proche du seuil le relais risque de monter et descendre par intermittence, et il faudra tout de même arrêter l’ampli pour régler l’offset.. Enfin ils souffrent d’une forte dissymétrie qui a pour origine la différence de détection base ou émetteur, aggravée par le fait que l’impédance n’est pas adaptée.

La nouvelle protection pour le SU 3400 déclenche pour moins de + ou – 1 V d’offset ( au lieu de +5 et -8 V )

Temps de réponse minime à un créneau de tension.

NELLE CARTE SU3400_ OK_TEST

Essais :

1- Pas de défaut d’offset :

En l’absence de défaut d’offset le relais monte et connecte les enceintes lorsque la tempo de démarrage est écoulée

pas de défaut d'offset

2 – Défaut d’Offset après tempo de démarrage :

Le défaut d’offset arme la mémoire défaut qui fait retomber le relais.

La mémoire défaut sera désarmée au prochain démarrage.

Défaut Offset après tempo démarrage

3 – Défaut d’Offset avant tempo de démarrage :

L’armement de la mémoire défaut est inhibé pendant la tempo de démarrage ( pas de risques de plocs , les enceintes ne sont pas encore connectées.

Si le défaut d’offset a disparu lorsque la tempo est écoulée, le relais monte et les enceintes sont connectées.

Defaut Offset au démarrage

4 Défaut d’Offset avant et après tempo démarrage :

La mémoire défaut sera armée dès que la tempo est écoulée et empêchera le relais de monter.

défaut d'offset plus et moins avant at après tempo démarrage

Autres essais :

1 – Seuils de détection + et – :

à venir

2 – Temps de réponse créneau de tension + et – :

à venir

3 – Perturbations infra basse 20 V 20 Hz

à venir

4 Pleine tension d’alim en offset.

à venir

Explications du schéma :

Sur la carte d’origine on voit que les deux transistors de détection sont chargés par une résistance de 27 k en série avec une résistance de 10 k , soit 37 k dans leur collecteur.

Ces transistors seront saturés pour un courant de :

31,8 V (on peut négliger Vce ) / 37 k = 859 µA.

Pour une première approche :

Si ces transistors ont un gain de 50, dans la base de TR901, il devra circuler un courant de 860/50 = 17,2 µA

Par contre pour le TR902 attaqué sur l’émetteur et Ie = Ic +Ib = 859 + 17,2 = 876 µA.

Le filtre ayant au moins une impédance de 15 k, à la sortie de la résistance de 15 k :

– la chute de tension pour T901 est de : 258 mV = 0,26 V

– mais pour TR 902 elle sera de 0,876 mA x 15 k = 0,876 x 15 = 13 V ( soit 50 fois plus forte, cad la valeur du gain des TR ).

On arrivera donc pas à saturer TR902 avec un offset faible, contrairement à TR901.

Fort heureusement l’ étage suivant TR903 doit se saturer avant que TR902 le soit.

Il est piloté par la tension Vbe aux bornes de la 10 k, et donc pour 0,7 V tension de saturation de la base, celà correspond à un courant de 0,7 / 10 k, soit 700 mV / 10 k = 70 µA. A ce moment là, la chute de tension dans le filtre , n’est plus que de 15 k X 70 µA = 1,05 V mais comme il y a une 10 k en série à l’aval du filtre on perd : 1,75 V

Le systeme de détection est absolument symétrique avec un générateur de résistance interne nulle ( donc sans le filtre et sans résistances ). Mais on ne sait pas faire un filtre passe-bas passif de résistance nulle.

Seconde approche :

Pour TR 901, la résistance du filtre est en série dans la base

Pour TR 902, elle est en série dans l’émetteur et joue le rôle de contreréaction d’émetteur ( utilisée pour stabiliser les polarisations de TR ).

Le courant d’émetteur vient créer une tension qui s’oppose à la tension d’offset. La base étant reliée au 0 V , la tension d’émetteur s’ajuste pour avoir un courant d’émetteur tel que Vbe de TR902 soit à 0,6 V.

Donc Ve = -0,6 V – Vre = -0,6 V – Re x Ie = – 0,6 V x ( 25 k x 70 µA )= – 0,6 – 1,75 = -2,35 V

En théorie, ça dépend du gain des transistors.

Pour rééquilibre un peu les seuils de détection d’offset + et – ils ont abruti la détection d’offset + avec un pont diviseur 2,7 k /15k.

On ne peut échapper à une certaine dissymétrie des seuils avec ce type de détection attaque par la base et attaque par l’émetteur. A moins de mettre un TR901 avec un gain de 1, ou alors mettre une résistance d’émetteur équivalente à l’impédance du filtre dans l’émetteur, ainsi l’impédance du filtre serait traversée par le même courant dans les deux cas. Mais on échappera pas à des seuils élevés.

Réduire l’impédance du filtre ? C ‘est possible de diminuer les résistances du filtre en augmentant d’autant la valeur des capas du filtre ( leur taille, leur prix), mais cette faible impédance sera aux bornes de l’ampli, avec une très faible résistance et une forte capacité, donc une charge capacitive qui peut déstabiliser l’ampli .. Puis en cas d’offset à pleine tension d’alim on va exploser le courant de base max des transistors de détection.

Pour éviter celà , il faut conserver une impédance de filtre élevée.

Il suffit de travailler avec des courants beaucoup plus faibles en mettant moins de charge au collecteur des transistors de détection.

Et donc il ne faut pas les relier à une capa de temporisation ( c’est trop tôt pour charger cet étage avec une fonction tempo, et quand on va jouer sur la résistance de tempo on va perturber les seuils.)

Le problème de travailler avec de faibles courants est qu’on ne peut pas charger davantage cet étage de détection en sous tirant un courant supplémentaire pour piloter un autre transistor qui commanderait le relais.

Un moyen simple d’éviter de charger l’étage de détection est d’insérer une jonction base émetteur en série dans la branche commune des détecteurs d’offset + et -.

Mais c’est la résistance de collecteur de T3 qui fixe le courant de collecteur maxi ( si on augmente encore le courant de base, le courant de collecteur ne dépassera pas cette valeur ) et qui fixe aussi le courant de base de début de saturation ( mais ça dépend aussi du gain ). 2 ou 3 µA c’est bien, à 5 µA on est sur de saturer T3.

Il n’est donc pas nécessaire de faire parcourir la base de T3 par un courant > 5 µA. C ‘est donc la résistance qui est dans le collecteur des transistors de détection et dans la base de T3 qui va limiter le courant à 5 µA.

Pour un petit essai, j’ai testé un montage avec un darlington équivalent au BC116 pour T3 ( gain mini de 30 000 garanti !!! ), de quoi réduire à presque rien le courant traversant le filtre. Mais avec le transistor de détection T1 bloqué, les fuites de courant de collecteur de T1 bloqué quelques pico ampères suffisaient à saturer T3 avec un courant de collecteur bien plus élevé ( des mA ).. Pas adapté à ce montage, c’était un transistor pour très faibles signaux, dont la production a été abandonnée au profit des amplis OPs mieux adaptés…

Un darlington ne conviendrait pas non plus en entrée de détection, car on a le seuil de conduction qui monte à 2 fois Vbe, soit 1,2 V.

Dans mon schéma , j’ai séparé les branches des transistors de détection jusqu ‘à T3. Quand les quatre collecteurs étaient reliés ensemble, j’ai vu que les Vce étaient différents, mais aussi que le foin sur une branche rejaillissait sur les autres. Et avec les 4 condos de 100 nF, chaque branche a son filtre individuel ( qui sert a atténuer les effets du foin amplifié par la détection ) qui n’est pas perturbé par les autres branches..

Le transistor T3 n’est pas capable de piloter deux relais.

Si on prélève un courant supplémentaire sur le collecteur de T3 ( c’est une charge supplémentaire et on va modifier les seuils de saturation )

Donc idem que pour T3 on met une jonction base émetteur dans la branche collecteur de T3, mais coté 0 volt cette fois. C ‘est T6 qui a une double fonction : diminuer l’impédance de sortie de la détection et surtout inverser le signal défaut ( on verra pourquoi après, quand on arrivera aux portes logiques ).

Pour rendre ce schéma plus simple ( gain de 6 transistors ), je n’ai pas utilisé de trigger de Schmitt à hystérésis, pour dépolluer le signal défaut ( au collecteur de T3 ) qui n’est pas purement un signal logique. ( voir explication ICI ).

J ‘ai fait l’impasse, ça ne semblait pas nécessaire. Encore moins nécessaire si on mémorise le défaut, un choix que j’ai fait au départ, ne voyant pas l’intérêt d’écouter de la musique en pointillés à chaque fois que l’offset dépasse le seuil et repasse en dessous, ni envie de laisser tourner un ampli avec 500 mV d’offset !!!

Pleine tension :

On ne dépasse pas le Ib max des transistors de détection : 5 mA

Par contre avec les deux résistances de 10 k dans chacune des branches offset + et offset – on dépasse la tension base emetteur inverse, qui est de – 5 V pour le transistor de détection qui ne conduit pas ( la chute de tension dans sa 10 k est nulle ).

Deux solutions :

– mettre des diodes en inverse mais on va consommer un fort courant sur le filtre ( celui de la base du Tr qui conduit, plus celui qui s’écoule à travers les diodes de protection de l’autre).

– ne mettre qu’un résistance de 10 K reliée sur base de l’un et l’émetteur de l’autre. Chaque jonction base émetteur qui conduit protègera l’autre transistor d’une tension inverse trop élevée.

Modif protection Vbe inverse

Temporisation :

La base est un circuit RC. A partir d’une certaine tension le transistor est saturé, mais ça y va doucement.. D ‘autre part ça dépend du gain et si on touche la résistance on modifie le seuil de saturation du transistor. Pitié !

Aussi je préfère une zener dans l’émetteur du transistor et quand la tension du condo dépasse la tension zener + 0,6 V on fait en sorte de saturer le transistor et de le mettre au taquet tout de suite. Avant d’arriver à la tension de la zener, il restera bloqué. On s’approche donc d’un signal logique.

Pour changer de seuil, on peut jouer sur R , mais aussi sur la tension de zener.

Par contre sur la sortie collecteur du transistor T8 on ne va jamais avoir zéro de tension, ce ce sera toujours Vz au minimum une fois le transistor saturé. Ce n ‘est pas un vrai signal logique.

Par contre on a pas ce problème avec le courant collecteur, soit le transistor est bloqué et il vaut zéro, soit il conduit et il est saturé. Idem : une jonction base émetteur pour le transistor de sortie tempo T9 qui sortira un signal logique, inversé, et avec une plus faible impédance.

Mémoire Défaut :

( à suivre )

Réalisation du circuit imprimé :

Ca a été l’occasion de me mettre à Eagle ( version gratuite )

Hélas elle est limitée à une carte de 10 x 8 cm ( tout rentre mais c’est vraiment tassé avec des pistes minuscules 0,001  » et en double face)

Aussi je suis partie sur deux cartes superposées.

On dispose de 4 cm de hauteur.

Les composants les plus hauts, sont les condensateurs chimiques des Panasonic EB 11,6 mm dans leur version « small », et le porte fusible ( 5 x 20 ), qui fait 0,05  » soit 12,7 mm

http://www.littelfuse.com/data/en/data_sheets/520_metricomniblock.pdf

Quoique ce modèle est moins haut ( 9 mm) tout en étant bien isolé : il sera un peu plus éloigné de la tôle du fond d’ampli.

http://www.conrad.fr/ce/fr/product/532908/Porte-fusibles-courant-5-x-20-mm/?ref=detview1&rt=detview1&rb=2

Il faudra modifier le pas dans Eagle, car il est seulement de 15 mm

porte fusible

Deux cartes superposées de 13 + 1,5 mm = 29 mm

Ne crions pas victoire trop tôt, en examinant en détail, l’emplacement disponible il y a des trucs qui gênent en hauteur : les pins des condos ( qu’on peut remonter un peu, mais surtout des cosses à souder de la carte alim :

( repérés par des zones jaune superposées à l’image de fond.)

Implantation cartes 2

Ces obstacles font 1 cm de haut.

Points de fixation.

J ‘ai décidé de ne pas percer le châssis de l’ampli, mais d’utiliser les trous de fixation existants de la carte d’origine cerclés de rouge, plus un trou disponible.

La première carte, celle du haut a été dessinée en 80 x 60 mm.

C ‘est la carte logique et relais, plus alim 32V => 12 V.

Elle comporte les borniers de raccordement des fils de HP et d’alimentation, qui doivent être accessibles ( elle se trouvera donc au dessus ampli retourné).

Implantation cartes 3

Elle échappe aux points de fixation d’origine, mais elle sera reliée électriquement et mécaniquement à la carte « filtre » par des « blocs de jonction » au pas de 2,54.

Pour fixer mes deux cartes, j’avais pensé à une plaque de plexy, qui passe par les points de fixation, des découpes sont nécessaires, car les deux gros fils jaune gênent pour la plaquer au plus bas.

Implantation cartes 4

Mais ça risque de prendre plus de place en hauteur que de fixer directement la carte du bas sur les points de fixation prévus, quitte à procéder à quelques découpes.

Implantation cartes 5

Une autre solution permettrait de gagner un peu de place verticalement :

Positionner la carte du bas soudures face aux soudures de la carte du haut, ( cartes espacées de 3mm et donc composants en dessous.

Et ne pas mettre de composant ( au alors de hauteur < 5 mm ) dans les zones orange.

Implantation cartes 7

Implantation cartes 8

Ce qui donne : 13 mm + 1,5 pour la carte du haut + 3 mm intercartes + 1,5 mm carte du bas + 13 mm composants du bas = 34 mm :

soit 2 mm d’espace en haut ( avec le fond de l’ampli) et 4 mm en bas ( pour échapper aux soudures de la carte alim qui dépassent du fond du châssis.

La carte dans les zones critiques ( sans composants ) se retrouverait à :

2 mm d’espace en haut,

+ 13 mm ( composants carte du haut)

+ 3 mm de cartes

+ 3 mm espace intercartes

= 21 mm du fond de l’ampli, soit (40 – 21) 19 mm au dessus du châssis,

donc à 11 mm au dessus des cosses et des pins cosses et pins.

Les composants les plus hauts se retrouveraient à 19 + 13 mm = 32 mm , soit 8 mm au dessus du châssis et 5 mm au dessus des soudures de la carte alim.

Ne pas oublier de retourner la carte pour dessiner le CI coté composants qui seront dessous, cette fois, et les pistes dans Eagle sur Top et non pas bottom.

Ainsi qu’à ne pas mettre de composants dans les zones critiques ( orange )

Implantation cartes 9

Un petit coup de CAO pour se rendre compte des deux options de positionnement.

La CAO permet de positionner les cartes au micron près ( rentrée au clavier )

1- la première ( coté soudures des deux CI vers le bas) ne passe pas du tout !

2 – carte du bas avec le coté soudures vers le haut.

Implantation cartes 11

Implantation cartes 12

Seuls les composants les plus hauts ( les condos ) ne doivent pas être positionnés au dessus des zones critiques ( orange ).

On a 11 mm d’espace avec les pins et cosses situées dans la zone orange et 17 mm d’espace au dessus des soudures de la carte alim ( 4 mm de haut ), on peut y placer résistances, diodes ; les condos seront placés de préférence dans la zone libre, ( 21 mm d’espace ).

On pourra positionner la carte jusqu ‘à 3 mm plus bas que prévu.

Les liaisons électriques des deux cartes seront faites en fil souple ( obligation de souder avant d’assembler mécaniquement les cartes dos à dos) .

Nouvelles images de l’implantation des cartes après mise à l’échelle de la photo.

Implantation cartes 21

La carte du bas étant située plus haut, il ne sera peut être pas nécessaire de faire une découpe pour échapper aux fils coté transfo.

Implantation cartes 22

Les zones critiques ( orange ) seront reportées sur la carte dans Eagle

Implantation cartes 20

On aurait pu également superposer les cartes et les mettre « coté cuivre » en haut et « composants » vers le bas, en évitant les zones critiques pour la carte du bas.

Mais la carte logique et relais qui va au dessus comporte des borniers coté composants qui doivent rester accessibles, donc composants vers le haut.

Les commandes de composants sont passées ( ainsi que les condos pour le recapage ).

Il reste à dessiner la carte « filtres » en prenant en compte les contraintes d’implantation des composants hors des zones critiques.

17 Avril 2014 ( suite)

Le SU 3400 a été recapé ( il m’a fallu remettre des tantales à la place de ceux d’origine, avec les MKS beaucoup trop de grave !!!! ils ont mis plus d’une semaine à arriver), et la carte de sécurité d’origine déposée.

Finalement les deux cartes auront la même dimension 90 X 90 mm, pour choper les trous de fixation existants.

Eagle ne permet que 80 mm de largeur, mais on rajoutera 0,5 cm de chaque coté, deux bandes dépourvues de pistes et de composants.

Schéma de la carte filtres et détection Offset.

Schema carte sécurité filtres

Implantation des composants :

Carte filtre coté composants

Le logiciel limite les dimensions à 80 X 100. La carte fait donc 80 x 90, aussi il faudra lui rajouter 0,5 cm de chaque coté, pour avoir 90 X 90 et choper tous les trous de fixations existants, déjà repérés sur les photos.

Carte filtre coté composants_bis

Carte filtre coté composants_ter

Ce n’est pas à l’échelle, en réalité elle est beaucoup plus petite.

Typon carte filtre

Il n ‘y a pas de composants sur la bande de gauche, qui va audessis des pins des condos de filtrage , ni en bas à droite, ce sont les cosses de la carte alim qui dépassent trop.

Schéma de la carte logique et relais.

Schema carte de sécurité Logique et relais

Carte de sécurité Logique et relais

Typon Carte de sécurité Logique et relais

Problème d’échelle lors de l’impression du typon en PDF :

Le « fournisseur » de CI travaille de manière ancienne avec les typons imprimés sur une feuille de Mylar. Ce qui évite pour l’instant de se lancer dans la « fabrication  » des divers fichiers Gerber.

Mais l’impression sur PDF n’est pas à l’échelle.

http://www.sonelec-musique.com/electronique_realisations_typons_conventions.html

J ‘ai tout essayé, même le Postscript

Il semble que parfois le contour est bon, mais pas les pistes.

Puis l’impression sur papier est faite ailleurs sur un autre PC, ce qui conduit à faire quelques vérifications :

Sortie impression

Mesures Typon carte filtre sortie impression

Mesures effectuées avec Eagle (outil : Mesures ) puis imprimées.

Mesures Typon carte filtre avec Eagle

C ‘est hyper gonflant ces histoires d’échelle, que ce soit à l’affichage sur écran ou à l’impression sur papier ou dans un fichier.

J ‘ai fait un export en BMP. Relu par Gimp, avec la grille très précise, on a les dimensions réelles, mais une fois imprimé en PDF on a plus une échelle de 1/1.

Ca fait râler de perdre du temps avec des « conneries « pareilles ». L’ajustage du zoom sur le lecteur de PDF , se fait par paliers, ou par curseur, mais ce dernier est trop sensible : on passe de 90 % à 120 % en qq dixièmes : impossible d’ajuster à la valeur exacte.

Peut être une solution grâce à ce site suisse de cartographie

Ouverture du fichier sorti de Eagle avec Adobe Reader XI

Il comporte un outil de mesures :

– En rouge les mesures faites par Adobe
– En noir les mesures faites avec Eagle avant impression du fichier en PDF.

Elles sont quasiment identiques.

PDF_Adobe reader

PDF_Adobe reader_2

Toutefois il y a bien une erreur coté « imprimeur  » :

Mesures Typon carte filtre sortie impression

Téléchargement d’ Adobe Reader :

http://www.01net.com/telecharger/windows/Internet/internet_utlitaire/fiches/14537.html

Pour avoir la bonne échelle à l’écran, dans Edition => préférences j’ai modifié la résolution personnalisée : passée de 110 à 100 ppi.

Il faut aussi mettre le zoom à 100% 😉

paramétrage Adobe

Adobe propriétés

Adobe reader echelle

Publicités
Cet article, publié dans Securité des HP., est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Modification de la carte de protection des HP du Technics SU 3400

  1. Jean-Louis dit :

    Bonjour,
    Super cette version tout transistors. Un seul relais pour les deux voies (limiter l’encombrement je présume ?)
    Peut-être que cette version remplacera mon module Chinois qui se trouve dans mon 3400…?
    Jean-Louis

  2. jacqueline73 dit :

    Bonjour Jean Louis,

    Non pas un oubli, à ce stade. Pour vérifier le fonctionnement il n’était pas nécessaire de dessiner les deux relais.

  3. jacqueline73 dit :

    Mise à jour du 17 avril 2014 : Carte Filtres et détection d’Offsets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s